Caricare documenti e articoli online  
INFtube.com è un sito progettato per cercare i documenti in vari tipi di file e il caricamento di articoli online.
Meneame
 
Non ricordi la password?  ››  Iscriviti gratis
 

Raccolta di poesie in francese di Boris Vian

lingue


Inviare l'articolo a Facebook Inviala documento ad un amico Appunto e analisi gratis - tweeter Scheda libro l'a yahoo - corso di



ALTRI DOCUMENTI

From the Napoleonic wars to Regency
Umberto Eco
CHARLES DICKENS (1812-1870): Life and Works
LE PAROLE DELL'ITALIANO. LESSICO E DIZIONARI di C. Marello - CHE COS'È UNA PAROLA ITALIANA.
WORDSWORTH'S VISION OF NATURE - DAFFODILS
Main Characters
LINGUISTICA - IL LINGUAGGIO
Raccolta di poesie in francese di Boris Vian

Raccolta di poesie in francese di Boris Vian

Pourquoi je vis

Pourquoi que je vis

Pourquoi que je vis

Pour la jambe jaune

D'une femme blonde

Appuyée au mur



Sous le plein soleil

Pour la voile ronde

D'un pointu du port

Pour l'ombre des stores

Le café glacé

Qu'on boit dans un tube

Pour toucher le sable

Voir le fond de l'eau

Qui devient si bleu

Qui descend si bas

Avec les poissons

Les calmes poissons

Ils paissent le fond

Volent au-dessus

Des algues cheveux

Comme zoizeaux lents

Comme zoizeaux bleus

Pourquoi que je vis

Parce que c'est joli

Elle serait là, si lourde

Elle serait là, si lourde

Avec son ventre de fer

Et ses volants de laiton

Ses tubes d'eau et de fièvre

Elle courrait sur ses rails

Comme la mort à la guerre

Comme l'ombre dans les yeux

Il y a tant de travail

Tant et tant de coups de lime

Tant de peine et de douleurs

Tant de colère et d'ardeur

Et il y a tant d'années

Tant de visions entassées

De volonté ramassée

De blessures et d'orgueils

Métal arraché au sol

Martyrisé par la flamme

Plié, tourmenté, crevé

Tordu en forme de rêve

Il y a la sueur des âges

Enfermée dans cette cage

Dix et cent mille ans d'attente

Et de gaucherie vaincue

S'il restait

Un oiseau

Et une locomotive

Et moi seul dans le désert

Avec l'oiseau et le chose

Et si l'on disait choisis

Que ferais-je, que ferais-je

Il aurait un bec menu

Comme il sied aux conirostres

Deux boutons brillants aux yeux

Un petit ventre dodu

Je le tiendrais dans ma main

Et son coeur battrait si vite...

Tout autour, la fin du monde

En deux cent douze épisodes

Il aurait des plumes grises

Un peu de rouille au bréchet

Et ses fines pattes séches

Aiguilles gainées de peau

Allons, que garderez vous

Car il faut que tout périsse

Mais pour vos loyaux services

On vous laisse conserver

Un unique échantillon

Comotive ou zoizillon

Tout reprendre à son début

Tous ces lourds secrets perdus

Toute science abattue

Si je laisse la machine

Mais ses plumes sont si fines

Et son coeur battrait si vite

Que je garderais l'oiseau.

 Je veux une vie en forme d'arête

Je veux une vie en forme d'arête

Sur une assiette bleue

Je veux une vie en forme de chose

Au fond d'un machin tout seul

Je veux une vie en forme de sable dans des mains

En forme de pain vert ou de cruche

En forme de savate molle

En forme de faridondaine

De ramoneur ou de lilas

De terre pleine de cailloux

De coiffeur sauvage ou d'édredon fou

Je veux une vie en forme de toi

Et je l'ai, mais ça ne me suffit pas encore

Je ne suis jamais content.

Je voudrais pas crever

Je voudrais pas crever

Avant d'avoir connu

Les chiens noirs du Mexique

Qui dorment sans rêver

Les singes à cul nu

Dévoreurs de tropiques

Les araignées d'argent

Au nid truffé de bulles

Je voudrais pas crever

Sans savoir si la lune

Sous son faux air de thune

A un coté pointu

Si le soleil est froid

Si les quatre saisons

Ne sont vraiment que quatre

Sans avoir essayé

De porter une robe

Sur les grands boulevards

Sans avoir regardé

Dans un regard d'égout

Sans avoir mis mon zobe

Dans des coinstots bizarres

Je voudrais pas finir

Sans connaître la lèpre

Ou les sept maladies

Qu'on attrape là-bas

Le bon ni le mauvais

Ne me feraient de peine

Si si si je savais

Que j'en aurai l'étrenne

Et il y a z aussi

Tout ce que je connais

Tout ce que j'apprécie

Que je sais qui me plaît

Le fond vert de la mer

Où valsent les brins d'algues

Sur le sable ondulé

L'herbe grillée de juin

La terre qui craquelle

L'odeur des conifères

Et les baisers de celle

Que ceci que cela

La belle que voilà

Mon Ourson, l'Ursula

Je voudrais pas crever

Avant d'avoir usé

Sa bouche avec ma bouche

Son corps avec mes mains

Le reste avec mes yeux

J'en dis pas plus faut bien

Rester révérencieux

Je voudrais pas mourir

Sans qu'on ait inventé

Les roses éternelles

La journée de deux heures

La mer à la montagne

La montagne à la mer

La fin de la douleur

Les journaux en couleur

Tous les enfants contents

Et tant de trucs encore

Qui dorment dans les crânes

Des géniaux ingénieurs

Des jardiniers joviaux

Des soucieux socialistes

Des urbains urbanistes

Et des pensifs penseurs

Tant de choses à voir

A voir et à z-entendre

Tant de temps à attendre

A chercher dans le noir

Et moi je vois la fin

Qui grouille et qui s'amène

Avec sa gueule moche

Et qui m'ouvre ses bras

De grenouille bancroche

Je voudrais pas crever

Non monsieur non madame

Avant d'avoir tâté

Le goût qui me tourmente

Le goût qu'est le plus fort

Je voudrais pas crever

Avant d'avoir goûté

La saveur de la mort...

Autobiografia scritta dallo stesso Boris Vian 

Sono nato, casualmente, il dieci marzo 1920 sulla porta di una clinica ostetrica che era chiusa per uno sciopero contro il calo delle nascite. Mia madre era rimasta incinta non ricordo se per via delle opere o proprio per opera di Paul Claudel (da quel tempo non lo reggo e non lo leggo), comunque la mamma era al tredicesimo mese e non poteva certo aspettare il concordato. Un prete, un sant'uomo, che passava di lì, mi raccolse e immediatamente mi riposò: in effetti pesavo un casino (è da allora che soffro della mia ben nota aspersoriofobia).

Fortunatamente una lupa affamata, che aveva appena dato alla luce Pierre Hervè (ho, quindi, esattamente la sua stessa età, cosa in perfetto accordo con le teorie di Einstein relative alla simultaneità), la lupa mi prese sotto la sua protezione e mi diede qualcosa da bere. Crescevo in forza e in saggezza ma rimanevo molto brutto benché adornato da un sistema pilifero discontinuo, ma sempre molto, molto sviluppato. Infatti avevo la testa della Vittoria di Samotracia.

A sette anni, entrai alla Scuola Centrale e ne uscii tre anni più tardi, nel 1942, completamente fuori di testa per l'idrodinamica del corso del Sig. Bergeron.

Certo allora non potevo prevedere che dodici anni dopo, nel 1946.... Ma non anticipiamo i fatti.

Nel 1938 cominciai a studiare la trombetta a rosolio e immediatamente raggiunsi il livello di Armstrong, la mollai subito per non privare il poveretto dalla pagnotta; a causa dei soliti pregiudizi razziali ero avvantaggiato, la mia pigmentazione verde offriva un effetto piacevole.

Poi, tutt'a un tratto, la mia fisionomia prese a trasformarsi e mi misi ad assomigliare a Boris Vian, da ciò il mio nome.

Senza entrare nei dettagli vi segnalo che in un'epoca indeterminata della mia vita sono stato tre anni e mezzo rinchiuso nell'Associazione Francese di Normalizzazione, distrutta, in seguito, da un incendio provocato dalle cure di Jacques Lemarchand, nascosto fra due parentesi.

Raimond Queneau mi incontrò mentre pescavo con la lenza, sport che per altro non pratico, e sedotto dal mio drive mi propose una battuta di caccia. Cosa che feci. Il resto appartiene alla storia.

Sono un metro e ottantasei a piedi nudi e peso molto e metto al primo posto le opere di Alfred jarry, la fornicazione, Un Rude Hiver e la mia beneamata sposa.

Non dimentico anche se vengono dopo: la musica di New Orleans, Duke Ellington, Lana Turner, Ann Sheridan, le sinfonie del Commodoro W. Spotlight per doppia campana e petroletta d'armonia, la pittura ad olio che pratico con felicità rara, i baffoni del mio venerato Jean Rostand. Le ragazze dei Jazz-Club universitari (soprattutto quella bionda col vestito verde... va beh, lasciamo stare).

Detesto Paul Claudel (l'ho già detto, ma è piacevole ripeterlo ed è per questo che non ho mai letto nulla di lui), aborrisco anche le Grand Meaulnes, Alain (non mio fratello, che è un tipo completamente fuori), Peguy, il violoncello jazz come lo suonano i francesi, le opere di immaginazione, le bugie, gli apparecchi di piccolo formato, Ivan il Terribile, Leonard Father, Edgar Jackson, Le Dictateur, Dumont d'Urville (esagero. In fondo non me ne frega niente di lui).

Odio anche: Monseigneur Suhard e il papa. Barbotin, mi piace molto. Invece non mi piace il davanti piatto (questo nelle donne), poi l'invidia e la merda salvo quando son ben preparate Inoltre sto cercando un appartamento di cinque stanze con tutti i comfort. Ho avuto una movimentata ma sono pronto a ricominciare !!!

Raccolta di poesie in italiano di Boris Vian 

Non vorrei crepare

Non vorrei crepare

Prima di aver conosciuto

I cani neri del Messico

Che dormono senza sognare

Le scimmie del culo pelato

Divoratrici di fiori tropicali

i ragni d'argento

Dal nido pieno di bolle

Non vorrei crepare

Senza sapere se la luna

Dietro la faccia di vecchia moneta

Abbia una faccia puntuta

Se il sole sia freddo

Se le quattro stagioni

Siano poi davvero quattro

Senza aver tentato

Di sfoggiare un vestito

Lungo i grandi viali alberati

Senza aver contemplato

la bocca delle fogne

Senza aver ficcato il cazzo

In certi angoli bizzarri

Non vorrei crepare

Senza conoscere la lebbra

O le sette malattie

Che si prendono laggiù

Il buono e il cattivo

Non mi tormenterebbero

Se sapessi

Che ci sarà una prima volta

E troverò pure

Tutto ciò che conosco

Tutto ciò che apprezzo

E sono sicuro mi piace

Il fondo verde del mare

dove ballano i filamenti delle alghe

Sulla sabbia ondulata

La terra bruciata di giugno

La terra che si screpola

L'odore delle conifere

Ed i baci di colei

Che mi fa stravedere

La bella per essenza

Il mio orsacchiotto, l'Orsola

Non vorrei crepare

Prima di aver consumato

La sua bocca con la mia bocca

Il suo corpo con le mie mani

Il resto con i miei occhi

Non dico altro bisogna

Restare umili

Non vorrei crepare

Prima che abbiano inventato

Le rose eterne

La giornata di due ore

Il mare in montagna

La montagna al mare

La fine della sofferenza

I giornali a colori

La felicità dei ragazzi

E tante cose ancora

Che dormono nella testa

Degli ingegneri geniali

Degli allegri giardinieri

Di socievoli socialisti

Di urbani urbanisti

E di pensierosi pensatori

Tante cose da vedere

Da vedere e da sentire

Tanto tempo ad aspettare

Da cercare nel nero

E io vedo la fine

Che brulica e che arriva

Con la sua gola schifosa

E che m'apre le braccia

Da rana sciancata

Non vorrei crepare

Nossignore nossignora

Prima di aver assaporato

Il piacere che tormenta

Il gusto più intenso

Non vorrei crepare

Prima di aver goduto

Il sapore della morte

Perché vivo

Perché vivo

Perché vivo

Per la gamba gialla

D'una donna bionda

Appoggiata al muro in pieno sole per la vela gonfia

Di un battello del porto Per l'ombra delle tende

Il caffè ghiacciato

Che si beve con la cannuccia

Per toccare la sabbia

Vedere il fondo dell'acqua

Che diventa così azzurro

Che discende tanto in basso

Con i pesci

I calmi pesci

Pascolanti sul fondo

Che si librano sopra

I capelli delle alghe

Come uccelli lenti

Come uccelli azzurri

Perché vivo

Perché è bello

La bibliografia di Boris Vian

Jirai cracher sur vos tombes

Editions du Scorpion, 1946. Pubblicato sotto lo pseudonimo di Vernon Sullivan

Vercoin et le plancton

Editions de la N.R.F., Collection "La plume au vent", Gallimard, 1946

L'Ecume des jours

Editions de la N.R.F., Gallimard, 1947.

Edizione italiana: in Sterpacuore (La schiuma dei giorni), traduzione di A. Donaudy, Rizzoli, Milano, 1965.

Les morts ont tous la meme peau

Editions du Scorpion, 1947. Pubblicato sotto lo pseudonimo di Vernon Sullivan.

L'Automne à Pèkin

Editions du Scorpion, 1947.

Edizione italiana: L'autunno a Pechino, traduzione di M.Binazzi e M.Maglia, Rizzoli, Milano, 1966.

Et on tuera tous les affreux

Editions du Scorpion, 1948. Pubblicato sotto lo pseudonimo di Vernon Sullivan.

Barnums's Digest

Editions Aux Deux Menteurs, 1948.

Elles se rendent pas compte

Editions du Scorpion, 1948. Pubblicato sotto il nome di Vernon Sullivan

L'Esquarissage pour tous

Editions de la N.R.F, Cahiers de la Plèiade, Gallimard, 1948

Les Fourmis

Editions du Scorpion, 1949. Raccolta di novelle

Le Dernier des mètiers

Editions Toutain, 1950

L'Herbe rouge

Editions Toutain, 1950

Cantilènes en gelèe

Editeur Rougerie, Limoges, 1950. 19 poesie illustrate da C.Alanore, dedicata ognuna a una diversa persona; fra le altre: Sartre, Simone de Beauvoir, Prèvert, Brèton, Queneau.

L'Arrache-coeur

Editions vrille, 1953.

Edizione italiana: Sterpacuore, cit., Milano, 1965.

Interviews Impubliables

Ed. Bonne, 1953

Fiesta

Heugel èditeur, 1958. opera in un atto, musica di carius Milhaud, libretto di Boris Vian.

En avant la zizique... et par ici les gros sous

Le Livre Contemporaine, 1958. Un saggio sulla forma canzone.

Les Batisseurs d'Empire ou le Schmurz

Collège de Pataphysique, 1959.

Edizione italiana: Il rumore, traduzione di M. De Vecchis, Il Dramma, 1961.

Dramma in tre atti.

Zoneilles

Collège de Pataphysique, 1962. Sceneggiatura per il cinema, realizzata con N.Arnaud e R.Queneau.

Le Gouter des gènèraux

Collège de Pataphysique, 1962. Dramma in tre atti.

Les Lurettes fourrèes

Jean-Jacques Pauvert, 1962. Raccolta di novelle

Je voudrais pas crever

Jean-Jacques Pauvert, 1962. Raccolta di 23 poesie, prende il nome dalla prima.

Boris Vian membre du corps des satrapes

Canetti, 1964. 30 Canzoni

Troubles dans les Andains

La Jeaune Parque, 1966.

Textes et chanson

Juilliard, 1966.

Chroniques de Jazz

La Jeaune Parque, 1967. Antologia, a cura di Lucien Malson, degli articoli pubblicati su Jazz Hot tra il 1947 e il 1958,nonchè di quelli apparsi su Combat tra il 1947-48.

Le Loup garou

Christian Bourgois, 1970.

Edizione italiana: Il lupo mannaro, traduzione di G. Colace, Marcos y Marcos, Milano, 1994. Raccolta di 13 novelle

Thèatre inèdit

Christian Bourgois, 1970.

Le Chasseur francais

Christian Bourgois, 1970. Commedia musicale.

Poèmes inèdites

Plon, 1970. Poesie accompagnate da un epistolario.

En verve

P.Horay, 1970. Saggio

Manuel de St. Germain des Près

Editions de Chène, 1974.

Biografia in italiano di Boris Vian

 

Boris Viàn fu il classico esempio di genio con il dono della versatilità: non fu solo un raffinato letterato e un abile trombettista, ma anche cantautore, ingegnere...

Se qualcuno si fosse trovato, tra gli anni quaranta e cinquanta, a bazzicare i locali notturni parigini, avrebbe probabilmente incontrato un giovane trombettista sui trent'anni che suonava jazz insieme ad altri due amici con discreto successo. Il nottambulo curioso si sarebbe stupito nello scoprire che questi non solo era un valido musicista, ma anche uno dei protagonisti della stagione esistenzialista.

Boris Viàn fu il classico esempio di genio con il dono della versatilità: non fu solo un raffinato letterato e un abile trombettista, ma anche cantautore, ingegnere, sceneggiatore cinematografico, soggettista, scrittore di libretti d'opera, critico musicale, esperto di fantascienza e di pornografia e infine attore (basti ricordare il ruolo di Prevan nella versione cinematografica del 1960 delle "Relazioni pericolose" di Vadim).



Non è facile esprimere le suggestioni che la sua opera letteraria è in grado di trasmettere. Essa ha un forte impatto emotivo di cui non ci si rende conto nel corso della lettura, ma che al termine lascia sconcertati. I personaggi di Viàn sfuggono, sono ineffabili; quando si è convinti di averli compresi appieno, cambiano. Nei loro comportamenti non vi è il "Bene" o il "Male", ma solo una folle razionalità portata all'eccesso, che sfocia nella più pura anarchia. Essi compiono gesti inconsulti, inspiegabili nella loro individualità, che però sono il riflesso di un mondo, di una società, di una realtà umana che Viàn percepisce come drammaticamente presenti e che critica tenacemente. Forse è in questo stretto rapporto tra realtà e follia che trova valido fondamento il legame di Viàn tanto con l'esistenzialismo quanto con il surrealismo. È importante sottolineare a questo proposito che la sua opera, pur essendo un prodotto emblematico del suo tempo, risulta ancor oggi carica di originalità espressiva e perciò non meno attuale.

Se già nei romanzi la critica sociale è feroce, nel teatro Viàn insiste ulteriormente nell'opera di denuncia, nella riflessione sull'identità dell'uomo e sulla sua solitudine. È un teatro vicino a quello di Ionesco nell'amore per l'assurdo, anche se per taluni versi se ne discosta perché in Viàn vi è una dose maggiore di "impegno". I testi, come già accade nei romanzi, sono poveri di aggettivazione, ma nello stesso tempo fluenti nella loro spigolosità, tanto che vien quasi naturale fare un parallelo con la musica da lui amata, il jazz, che sembra essere il riflesso musicale del suo modo di scrivere e di far parlare i personaggi.

Le opere teatrali di Boris Vian non sono molte, anche se è in ogni caso possibile riconoscere attraverso la loro lettura un processo di maturazione della sua capacità creativa.

Il primo testo da lui scritto è "Tutti al macello" ('47). In esso si avanza una pesante critica nei confronti della guerra, vista in tutta la sua irrazionalità e follia attraverso il confronto con l'altrettanto squinternata famiglia dello scorticatore, che rappresenta chiaramente la sublimazione della violenza fine a se stessa. Qui regna sovrano il grottesco, cui si accompagna una forte frammentazione compositiva, ovviamente non casuale. Esemplari al riguardo le ultime righe scritte a conclusione della vicenda: "Fine (che, per fortunata coincidenza, coincide con quella della commedia)".

A questo testo si accompagna un atto unico. "L'ultimo dei mestieri". che per il suo carattere ferocemente dissacrante non fu rappresentato assieme a "Tutti al macello" nel suo primo allestimento, nonostante nelle intenzioni dell'autore i due dovessero andare a braccetto anche sulla scena. L'oggetto dell'accusa è qui la figura del predicatore di massa: ricordiamo che in Francia, come negli Stati Uniti, intorno agli anni Cinquanta si andassero diffondendo queste figure che riuscivano ad avere un grande successo. Il protagonista è rappresentato come un vero e proprio divo hollywoodiano che si muove all'interno di una cella più simile al camerino di una grande attrice che a un luogo di preghiera, circondato da personaggi ambigui quanto lui, se non di più.

Nel 1951 scrive "Generali a merenda"; si riprende nuovamente l'accusa contro la guerra, ma con una formula nuova. I protagonisti della vicenda sono dei generali rappresentati alla stregua di capricciosi bambini presi dai loro infantili giochi di potere. A distanza di pochi mesi finisce la stesura di "Testa di medusa", in cui affronta il problema della crisi dell'identità.

Solo dopo sei anni Viàn riprende e conclude la sua produzione teatrale con "I costruttori di imperi". La riflessione si fa più opprimente e cupa rispetto agli altri testi teatrali, l'equilibrio tra farsa e tragedia diviene più stabile. La storia non è di facile interpretazione e si può riassumere brevemente così: una famiglia, perseguitata da un incombente Rumore, e dalla presenza percepita inconsciamente e violentemente di una serie di Schmurz, fugge salendo di piano in piano per un palazzo, mentre i suoi membri si riducono progressivamente di numero. La parte più interessante è sicuramente rappresentata dall'ultimo atto dove una profonda riflessione del padre, rimasto ormai solo, sulla sua esistenza si conclude con l'acquisita consapevolezza della vita: "Corriamo all'impazzata verso l'avvenire, e andiamo così in fretta che il presente ci sfugge, mentre la polvere sollevata dalla nostra corsa ci nasconde il passato".

Con questa opera, forse la più matura e anche la più difficile cui accostarsi, si conclude l'esperienza teatrale di Boris Viàn, poiché egli morì nel 1959. Certo non è possibile prevedere a quali altri sviluppi la sua opera sarebbe andata incontro, vista la brillante creatività che la contraddistingue, ma a noi è piaciuta lo stesso nonostante la pretesa "incompletezza" di Viàn come autore di teatro.

Biographie de Boris Vian

Boris est né le 10 mars 1920 à 6 heures 30 à ville d'Avray. Le père de Boris, Paul Vian, fut riche jusqu'au malheureux Krach de Wall Street. Cet appauvrissement aurait pu dessiner un destin tragique pour la famille Vian, mais il n'en fut pas le cas. Paul Vian était un homme enjoué qui avait de l'entrain et de bonnes relations sociales. Ruiné, il ne devint pas un homme pâle et triste: il conserva un goût de vivre et son charme. Par contre, Boris Vian fut élevé dans un milieu où l'armée, l'église et l'argent étaient sujet au mépris. Un esprit enjoué, aiguisé et social, ainsi qu'un mépris pour les conventions sociales: voilà l'héritage que Paul Vian laissa à son fils. Le père de Boris connut une fin tragique, surprenant des voleurs à son domicile, ceux-ci lui destinèrent une balle de revolver qui le tua sur le coup.

Boris garda de sa jeunesse le souvenir de vacances perpétuelles. Le jardin, le bois tout près, les jeux en plein air. Un père qui était un bon copain, gentil et drôle. Une petite soeur, les deux frères, particulièrement Alain, farfelu et boute-en-train. Alain resta son complice, même à l'époque St-Germain-des-Près. Tout ceci sans oublier les copains d'école et les voisins charmants. Bref, une enfance légère et douce. Son enfance et ses influences étaient déjà un présage de la vie que mènerait notre grand génie.

L'adolescence

En fait, Son adolescence fut épicé de surprises-parties délirantes. Ces parents n'aimaient pas trop que leurs enfants sortent. Premièrement, l'argent manquait et la grande ville de Paris représentait un danger pour leurs poupons. Alors, on bâtit une salle de bal au bout du jardin. C'est là qu'il mis en oeuvre ses talents d'organisateur, d'animateur de soirées et de musicien.

Les études

 

L'adolescence, c'est aussi les études, mais il ne faut que le mentionner, car dans la vie de Vian cet élément est plutôt futile. Il compléta un bac en 1935 en allemand-latin-grec. En 1937, il fait un bac en philosophie et mathématiques. Il fit ses dernières études à l'école centrale d'arts et de manufacture. Il faut savoir qu'il était un savant étudiant.

L'âge adulte

Le travail :Malgré l'âge, Boris resta un éternel adolescent. C'était un homme qui aimait la vie et les divertissements. Donc, pour Boris, travailler n'était pas ce qu'il y avait de plus amusant. Il travailla chez AFNOR de juillet 1942 à février 1946, pour aller à l'usine de papier et carton. Cet emploi laissa place à beaucoup de temps libres et lui permis de créer davantage. Il termina L'écume des jours et rédigea entièrement L'automne à Pékin. Il fut licencié en août 1947. Après, Vian ne s'occupe de ce qui ne l'amuse pas. Il sera romancier, poète, traducteur, chroniqueur, musicien, auteur, compositeur, peintre et animateur de soirées. L'héritage de ses études à la manufacture laissa en lui le portrait d'un ingénieur et d'un inventeur. Malgré le fait qu'il ne travaillait plus, il avait tellement d'activités qu'il dormait très peu.

C'est en juillet 1940 que Boris rencontre Michèle Léglise. C'est l'époque des vacances et des surprises-parties. Il la rencontrera donc à une fête à Cap-Breton. C'est alors que l'époque délirante se termine, Boris rentrait à l'école centrale. Persistante, Michèle l'attend chaque soir à la sortie de l'école. Ils se marient en 1941 et leurs fils Patrick naît le 12 avril 1942 et leur fille Carole, le 16 avril 1948. Malheureusement, en 1949 le couple tourne mal, ils se séparent en 1951, puis divorcent en 1952.

Entre temps, il rencontre Ursula, une danseuse de ballet, en 1950.

Ils se marient en 1954 et vivent heureux jusqu'à la mort de Boris.

Le major Boris avait beaucoup d'amis, dont Jean-Paul Sartre, mais il y en avait un pour qui il avait plus de considération. C'est en 1940 lors d'une surprise-partie qu'il rencontre Jacques Loustalot, surnomé Le Major Ce beau jeune homme (bien qu'il fût borgne,) était très raffiné, généreux, un grand danseur amoureux du Jazz qui possédait aussi, quelques dons des plus insolites. Pas étonnant que Boris fut tout de suite charmé. Il sera pour lui un ami très cher, son modèle, un compagnon de St-Germain-des-Près. Sa mort fut un grand mystère, car on ne sut jamais si elle était accidentelle ou suicidaire. En effet, il avait l'habitude de faire ses sorties de fête de façon remarquée. Il laissait ses hôtes en sautant par la fenêtre, ou en montant sur le toit de l'immeuble. Le 7 janvier 1948, il enjamba le balcon et passa par la fenêtre. La mort du Major affecta beaucoup Boris, il évoquera le personnage du Major dans plusieurs de ses oeuvres dont Vercoquin et le plancton.

Vian n'a jamais eu une santé de fer. Déjà à 15 ans, il fut terrassé par une fièvre typhoïde, qui aggravèrent des difficultés cardiaques survenues à la suite d'une angine infectieuse. Boris savait qu'il ne vivrait pas longtemps et qu'il devait profiter de son court temps de vie. Boris traînait avec lui une insuffisance aortique. En juillet 1956, Boris est atteint d'un oedème pulmonaire, dès ce moment, il sut que sa fin approchait. En 1957, une nouvelle crise le terrasse. C'est le 23 juin 1959 que la mort nous arrache Boris. Sa mort est légendaire, il assistait à une représentation d'une adaptation cinématographique de J'irai cracher sur vos tombes contre son gré. Il avait peur de ne pas aimer le film. Les rideaux s'ouvrent, le film commence, quelques minutes après il tombe en syncope, il est mort. On peut dire qu'il vécut 39 années d'existence, mais si l'on compte tout ce qu'il a fait je dirais 100 ans d'expérience.

Una delle ultime poesie di Boris Vial è stata:

Je mourrai d'un cancer de la colonne vertébrale

Je mourrai d'un cancer de la colonne vertébrale

Ça sera par un soir horrible

Clair, chaud, parfumé, sensuel

Je mourrai d'un pourrissement

De certaines cellules peu connues

Je mourrai d'une jambe arrachée

Par un rat géant jailli d'un trou géant

Je mourrai de cent coupures

Le ciel sera tombé sur moi

Ça se brise comme une vitre lourde

Je mourrai d'un éclat de voix

Crevant mes oreilles

Je mourrai de blessures sourdes

Infligées à deux heures du matin

Par des tueurs indécis et chauves

Je mourrai sans m'apercevoir

Que je meurs, je mourrai

Enseveli sous les ruines sèches

De mille mètres de coton écroulé

Je mourrai noyé dans l'huile de vidange

Foulé aux pieds par des bêtes indifférentes

Et, juste après, par des bêtes différentes

Je mourrai nu, ou vêtu de toile rouge

Ou cousu dans un sac avec des lames de rasoir

Je mourrai peut-être sans m'en faire

Du vernis à ongles aux doigts de pied

Et des larmes plein les mains

Et des larmes plein les mains

Je mourrai quand on décollera

Mes paupières sous un soleil enragé

Quand on me dira lentement

Des méchancetés à l'oreille

Je mourrai de voir torturer des enfants

Et des hommes étonnés et blêmes

Je mourrai rongé vivant

Par des vers, je mourrai les

Mains attachées sous une cascade

Je mourrai brûlé dans un incendie triste

Je mourrai un peu, beaucoup,

Sans passion, mais avec intérêt

Et puis quand tout sera fini

Je mourrai.

La bibliographie de Boris Vian

Titres publiés de son vivant

Romans :

Vercoquin et le plancton, Gallimard, 1947. Pas très connu mais tout à fait hilarant.

L'écume des jours, Gallimard, 1947. Son classique, le livre plus connu du Vian.

L'automne à Pékin, Le Scorpion, 1947, Minuit, 1956. Mon roman préféré de tous les temps. Quel livre, un chef-d'oeuvre! Tout ce que vous pouvez aimer de Vian et plus est dans L'automne.

L'herbe rouge, Toutain, 1950. Presque surréaliste, c'est le premier livre que j'ai lu de Vian et qui m'a fait entrer dans son étrange univers.

L'arrache-coeur, Vrille, 1953. Plus fourni et plus sec que les précédents, ce roman n'est pas à conseiller pour le néophyte.

Romans publiés sous le pseudonyme Vernon Sullivan :

J'irai cracher sur vos tombes, Le Scorpion, 1946. Tous les titres de Sullivan imitent le style préconisé par le roman policier américain de l'époque. Celui-ci est le plus connu d'entre eux, on l'a même adapté plusieurs fois au théâtre.

Les morts ont tous la même peau, Le scorpion, 1947.

Et on tuera tous les affreux, Le Scorpion, 1948.

I shall spit on your graves, Vendome Press, pour Le Scorpion, 1948. Si quelqu'un peut m'éclairer sur cette édition, voyez mon adresse au bas de cette page.

Elle se rendent pas compte, Le Scorpion, 1950.

Nouvelles :

Les Fourmis, Le Scorpion, 1949. Le seul recueil de nouvelles publié de son vivant, mais aussi un des meilleurs. La nouvelle qui donne le titre au livre est tout simplement un délice.

Théâtre :

L'équarrissage pour tous suivi de Le Dernier des métiers, Toutain, 1950. Le théâtre de Vian fait beaucoup penser à celui de Ionesco, par ses dialogues et la trame. D'ailleurs, fait peu connu, La cantatrice chauve lui volera la place après quelques représentations pour connaître la gloire que l'on sait.

Poésie :

Barnum's Digest, Aux deux menteurs, 1948. Je ne connais pas du tout ce recueil. Quelqu'un?

Cantilènes en gelée, Rougerie, 1949. Libre, très libre, la poésie de Vian est très proche de la narration. Cependant, des poèmes comme Le fond de mon coeur contribuent à nous garder dans son monde hétéroclite et, disons-le, humoristique. Vivement à conseiller.

Autres :

En avant la zizique... et par ici les gros sous, Le Livre contemporain, 1958. Je n'ai malheureusement jamais pu mettre la main sur cet essai. Un jour, je retournerai en France...

Éditions posthumes

Les Bâtisseurs d'empire ou le Schmürz, L'Arche, 1960. Pièce de théâtre considérée par plusieurs comme étant sa meilleure.

Je voudrais pas crever, J.-J. Pauvert, 1962. Recueil de poèmes beaucoup plus complets que ceux de Cantilènes....

Théâtre, J.-J. Pauvert, 1965. Comprend Les Bâtisseurs d'empire en plus de Le Goûter des généraux et L'Équarrissage pour tous.

Le dernier des métiers, J.-J. Pauvert, 1965. Puisse quelqu'un m'éclairer sur ce titre.

Textes et chansons, Julliard, 1966.

Troubles dans les Andains, La Jeune Parque, 1966. Je n'ai jamais réussi à trouver ce recueil (nouvelles ou poèmes?).

Chroniques de jazz, La Jeune Parque, 1967. Essais portant sur le jazz, sa musique préférée. Quoi d'autre?

Théâtre inédit, Christian Bourgeois, 1970. Comprend Tête de méduse, Série Blême et Le Chasseur français. Je n'ai jamais vu ce livre dans toutes mes recherches.

Le Loup-garou, Christian Bourgeois, 1970. Un excellent recueil de nouvelles. La nouvelle qui donne le titre au livre raconte l'histoire farfelue d'un loup qui se fait mordre par un homme et qui se transforme en homme les soirs de pleine lune. À lire absolument.

Chroniques du menteur, Christian Bourgeois, 1974. ???

Le Chevalier de neige, Christian Bourgeois, 1974. Voilà un titre qui m'intéresse au plus haut point mais dont je n'ai que cette information et le fait que c'est un opéra. Quelqu'un?

Manuel de Saint-Germain-des-Prés, Le Chêne, 1974. Encore une fois, je suis dans le brouillard pour ce titre.

Derrière la zizique, Christian Bourgeois, 1976. Aussi bizarre que cela puisse paraître, ce livre recueilles les textes que Boris Vian a composés au fil des années derrière les pochettes de disques.

Petits spectacles, Christian Bourgeois, 1977. Cette fois, ce sont des "sketches et spectacles de cabaret".

Cinéma/Science-Fiction, Christian Bourgeois, 1978. "Sélection de textes et d'articles".

Écrits pornographiques, Christian Bourgeois, 1980. Outre des poèmes grivois, ce recueil contient une transcription de conférence!

Écrits sur le jazz (Tome 1), Christian Bourgeois, 1981.

Le Ratichon baigneur, Christian Bourgeois, 1981. Receuil de nouvelles inédites.

Autres écrits sur le jazz (Tome 2), Christian Bourgeois, 1982.

La Belle époque, Christian Bourgeois, 1982. "Recueil d'articles".

Opéras, Christian Bourgeois, 1982. Je n'ai jamais entendu parler de ce livre. Désolé, mais si quelqu'un peut m'aider...

Chansons, Christian Bourgeois, 1984. Croyez-le ou non, ce recueil en contient exactement 478!)

Cent sonnets, Christian Bourgeois, 1987.

Marie-toi, Christian Bourgeois, 1989. Quelques scénarii de films imaginés par Boris. 9 en tout. Très bon.

Rue des Ravissantes, Christian Bourgeois, 1989. Deuxième partie des scénarii de Vian (10 en tout).

Boris Vian : romans, nouvelles, oeuvres diverses, La Pochothèque, 1991. Le bouquin essentiel pour tout fan de Vian, avec plusieurs textes de Gilbert Pestureau et des tonnes de notes sur les oeuvres. Un bijou!

Notes

Cette liste n'inclut évidemment pas les ouvrages critiques parus sur Boris Vian et son oeuvre. Mais si vous voulez absolument lire quelque chose de ce genre, je vous conseille fortement Les Vies parallèles de Boris Vian de Noël Arnaud et Boris Vian de Philippe Boggio. Tous les deux sauront vous donner entière satisfaction...

Éccéité de la pin-up girl

Un texte inédit de Boris Vian

Je dois dire que le titre que l'on m'avait suggéré était: « Phénoménologie de la pin-up girl. » Malheureusement, ce n'est pas du tout dans ce sens-là que je comptais diriger cette petite étude, et, par une association d'idées bien compréhensible, j'ai pensé qu'il vaudrait mieux l'intituler: « Eccéité de la pin-up girl. » En effet, eccéité est un mot qui se trouve aussi dans le livre de Merleau- Ponty sur la perception, qui a une plus jolie sonorité, et qui a, tout de même, moins traîné que le premier. J'ajoute qu'il ne veut pas dire grand-chose non plus; mais j'ai peut-être tort: je crois que je ne mords pas assez à la philosophie pour pouvoir discuter définitivement ces problèmes diaboliques, et c'est la fin du préambule.

Je ne tiendrai pas compte d'une erreur communément répandue qui fait que l'on assimile le terme « pin up » à l'expression « hands up ! » (libéralement employée par les auteurs de romans à couverture illustrée, bordée de bleu, portant le générique « Le Livre national ») et dont le sens connu est « les mains en l'air ».

Je n'en ferai pas état, car il est évident que des deux expressions sont calquées l'une sur l'autre, sauf en ce qui concerne l'intervalle; le trait d'union qui comble le premier sauve la décence. Mais je quitte la sémantique pour me précipiter sur le sujet, qui attend, la pointe des seins braquée vers le ciel à un angle de DCA, la taille réduite à sa plus étroite expression, et la croupe généreusement bombée, bien fendue; ses cheveux retombent, en vagues brillantes, sur des épaules dénudées mais chaudes<ça se sent

Ceci n'est qu'un modèle de pin-up girl. lls en font de tous les genres. Je ne vais pas vous les décrire, ce journal se refuse en général à insérer des textes très pornographiques, et il faudrait, pour être complet, que je vous décrivisse aussi mes réactions.

Il est inutile d'ajouter, vous le savez bien, que la pin-up, ayant franchi la mare aux harengs dans les fourgons de l'armée américaine, s'est installée sur la couverture de nos magazines, depuis que les contingents de papier généreusement alloués par une économie libérale permettent aux hebdomadaires les gros tirages que l'on sait. Nous présentions à cet égard un retard considérable, soit dit en passant, puisque, bien avant la guerre, « Esquire », avec les dessins de Petty (remplacé depuis par Varga), « Pic », « Life », « Collier's », « Look » et bien d'autres revues américaines donnaient fréquemment, les uns avec une grande régularité, les autres moins, autant d'occasions aux hommes de se lécher le coin gauche des badigoinces avec un regard concupiscent, et, aux filles, autant de prétex tes pour envoyer à leur tour des photos d'elles aux petits courriers cinématographiques.

Quoi qu'il en soit, c'est de la guerre de 1942 (la guerre américaine) que date le foudroyant développement de la pin-up girl. Voici pourquoi: à cette époque, journaux et magazines civils entreprirent la confection d'éditions spéciales, purgées de publicité, de format souvent réduit, destinées à divertir l'armée; distribuées par le Special Service, ces feuilles entrèrent, en quelque sorte, en concurrence avec les publications mêmes de l'armée. En plein accord avec elles sans aucun doute. Toujours est-il que l'hebdomadaire militaire « Yank » a publié, depuis ce temps, des photos de pin-up girls dont la collection complète est propre à développer, chez les jeunes gens, la haine de la pédérastie. C'était peut-être le but visé.

Journaux civils et militaires ne firent d'ailleurs que respecter les règles explicitement admises par l'armée. Je ne résiste pas à la joie de vous donner la traduction de quelques passages d'une brochure réservée aux éditeurs des Services militaires d'information américains (Département de la Guerre, brochure n° 20-3, page 9).

LA FORME FEMININE DANS LES JOURNAUX DE L'ARMEE

« Ceci ne présente pas un intérêt militaire, quoique ce soit fréquemment le sujet d'intérêt du militaire. (Ils font des calembours, là-dedans. J'ai essayé de donner une équivalence). Les déshabillés artistiques, aussi bien que les représentations de formes féminines plus ou moins voilées seront utilisées au choix de l'éditeur, sans perdre de vue l'idée que les forces combattantes des USA ne sont composées ni de sybarites, ni d'adolescents retardés. Ce n'est pas une des fonctions principales des Services d'information de l'armée que de délivrer de la beauté en vue d'orner les murs des baraques. En outre, dans les limites continentales des USA, ce sujet général est déjà si remarquablement exploité par les périodiques civils, que, pour le militaire, vouloir lutter avec eux serait porter du charbon à Newcastle. Cependant, nous ne pouvons nous empêcher de donner quelques brefs extraits d'un éditorial laudatif, dédié par un journal de l'armée, dans un poste isolé de l'Alaska, à une artiste percutante de New York, qui a posé pour des photos inédites à l'intention de cette publication... (Suit une série d'extraits). Ceci montre de façon touchante que, dans la vie de cette garnison isolée, l'amabilité de l'obligeante jeune femme avait plus fait pour réchauffer la baraque que n'importe quel poêle breveté. »

On s'étonnera de la place que je donne, dans cet article, à la pin-up américaine; c'est que les Etats-Unis sont, à cet égard, en avance sur nous.

La production et la répartition de fesses sur papier à rotative-que-veux-tu eurent dans l'armée américaine une première série d'effets que nous ne risquons guère ici, car l'intendance française est moins généreuse. Les résultats médicaux de cette alléchante propagande sont tels que les unités prophylactiques de l'US Army, actuellement débordées, ne peuvent accorder une interview au premier pisse-copie venu: c'est vous dire qu'ils m'ont flanqué dehors, malgré l'intérêt du sujet. Enfin, ne les plaignons pas, ils ont de la pénicilline (on notera l'harmonieuse correspondance homéopathique des mots « pin-up » et « pénicilline »: à côté du mal, le remède, et la même racine romaine). Par malheur, la pin-up girl est responsable d'une autre fâcheuse séquelle de phénomènes graves que je ne peux passer sous silence, car je crains leur extension à notre pays: rappelez-vous le doryphore. On assiste, actuellement, outre-Atlantique, à un extraordinaire développement du faux sein sous toutes ses formes, depuis le simple truquage de doudounes au moyen d'une tringle métallique savamment recourbée - destinée uniquement, prétendent ces hypocrites, à supprimer les bretelles inesthétiques, du soutien- gorge - jusqu'à l'infâme coussin rembourré, de forme judicieusement choisie en vue de l'attraction maximale, sur lequel l'imprudent visiteur vient buter à la première tentative. Ça s'est toujours fait, dira-t-on; d'accord, mais pas industriellement. A l'heure actuelle, ça se répand en Amérique comme une traînée de poudre; et je suis assez persuadé du mauvais goût de mes compatriotes pour ne pas supposer qu'ils refouleront cette néfaste invention; ils ont bien sacré Berny Goodman roi du swing, à la suite des mêmes Américains.

Notes

Cet article est paru dans La Rue, numero 11, 20 Septembre - 4 octobre 1946.

Je l'ai trouvé à l'Association des Bibliophiles Universels, en France. Vous pourrez aussi y trouver des textes de Molière, Racine, Pascal, Verne, etc.

Le texte electronique suivant est libre de droits en France. Aussi, toute personne est libre de le copier et de le distribuer en France sans autorisation prealable. Alors j'imagine qu'il doit l'être aussi dans les autres pays. Si je suis dans l'erreur, s'il-vous-plaît, faites-moi le savoir.

Considerazioni su Boris Vian

Boris Viàn fu il classico esempio di genio con il dono della versatilità: non fu solo un raffinato letterato e un abile trombettista, ma anche cantautore, ingegnere...

Se qualcuno si fosse trovato, tra gli anni quaranta e cinquanta, a bazzicare i locali notturni parigini, avrebbe probabilmente incontrato un giovane trombettista sui trent'anni che suonava jazz insieme ad altri due amici con discreto successo. Il nottambulo curioso si sarebbe stupito nello scoprire che questi non solo era un valido musicista, ma anche uno dei protagonisti della stagione esistenzialista.

Boris Viàn fu il classico esempio di genio con il dono della versatilità: non fu solo un raffinato letterato e un abile trombettista, ma anche cantautore, ingegnere, sceneggiatore cinematografico, soggettista, scrittore di libretti d'opera, critico musicale, esperto di fantascienza e di pornografia e infine attore (basti ricordare il ruolo di Prevan nella versione cinematografica del 1960 delle "Relazioni pericolose" di Vadim).

Non è facile esprimere le suggestioni che la sua opera letteraria è in grado di trasmettere. Essa ha un forte impatto emotivo di cui non ci si rende conto nel corso della lettura, ma che al termine lascia sconcertati. I personaggi di Viàn sfuggono, sono ineffabili; quando si è convinti di averli compresi appieno, cambiano. Nei loro comportamenti non vi è il "Bene" o il "Male", ma solo una folle razionalità portata all'eccesso, che sfocia nella più pura anarchia. Essi compiono gesti inconsulti, inspiegabili nella loro individualità, che però sono il riflesso di un mondo, di una società, di una realtà umana che Viàn percepisce come drammaticamente presenti e che critica tenacemente. Forse è in questo stretto rapporto tra realtà e follia che trova valido fondamento il legame di Viàn tanto con l'esistenzialismo quanto con il surrealismo. È importante sottolineare a questo proposito che la sua opera, pur essendo un prodotto emblematico del suo tempo, risulta ancor oggi carica di originalità espressiva e perciò non meno attuale.

Se già nei romanzi la critica sociale è feroce, nel teatro Viàn insiste ulteriormente nell'opera di denuncia, nella riflessione sull'identità dell'uomo e sulla sua solitudine. È un teatro vicino a quello di Ionesco nell'amore per l'assurdo, anche se per taluni versi se ne discosta perché in Viàn vi è una dose maggiore di "impegno". I testi, come già accade nei romanzi, sono poveri di aggettivazione, ma nello stesso tempo fluenti nella loro spigolosità, tanto che vien quasi naturale fare un parallelo con la musica da lui amata, il jazz, che sembra essere il riflesso musicale del suo modo di scrivere e di far parlare i personaggi.

Le opere teatrali di Boris Vian non sono molte, anche se è in ogni caso possibile riconoscere attraverso la loro lettura un processo di maturazione della sua capacità creativa.

Il primo testo da lui scritto è "Tutti al macello" ('47). In esso si avanza una pesante critica nei confronti della guerra, vista in tutta la sua irrazionalità e follia attraverso il confronto con l'altrettanto squinternata famiglia dello scorticatore, che rappresenta chiaramente la sublimazione della violenza fine a se stessa. Qui regna sovrano il grottesco, cui si accompagna una forte frammentazione compositiva, ovviamente non casuale. Esemplari al riguardo le ultime righe scritte a conclusione della vicenda: "Fine (che, per fortunata coincidenza, coincide con quella della commedia)".

A questo testo si accompagna un atto unico. "L'ultimo dei mestieri". che per il suo carattere ferocemente dissacrante non fu rappresentato assieme a "Tutti al macello" nel suo primo allestimento, nonostante nelle intenzioni dell'autore i due dovessero andare a braccetto anche sulla scena. L'oggetto dell'accusa è qui la figura del predicatore di massa: ricordiamo che in Francia, come negli Stati Uniti, intorno agli anni Cinquanta si andassero diffondendo queste figure che riuscivano ad avere un grande successo. Il protagonista è rappresentato come un vero e proprio divo hollywoodiano che si muove all'interno di una cella più simile al camerino di una grande attrice che a un luogo di preghiera, circondato da personaggi ambigui quanto lui, se non di più.

Nel 1951 scrive "Generali a merenda"; si riprende nuovamente l'accusa contro la guerra, ma con una formula nuova. I protagonisti della vicenda sono dei generali rappresentati alla stregua di capricciosi bambini presi dai loro infantili giochi di potere. A distanza di pochi mesi finisce la stesura di "Testa di medusa", in cui affronta il problema della crisi dell'identità.

Solo dopo sei anni Viàn riprende e conclude la sua produzione teatrale con "I costruttori di imperi". La riflessione si fa più opprimente e cupa rispetto agli altri testi teatrali, l'equilibrio tra farsa e tragedia diviene più stabile. La storia non è di facile interpretazione e si può riassumere brevemente così: una famiglia, perseguitata da un incombente Rumore, e dalla presenza percepita inconsciamente e violentemente di una serie di Schmurz, fugge salendo di piano in piano per un palazzo, mentre i suoi membri si riducono progressivamente di numero. La parte più interessante è sicuramente rappresentata dall'ultimo atto dove una profonda riflessione del padre, rimasto ormai solo, sulla sua esistenza si conclude con l'acquisita consapevolezza della vita: "Corriamo all'impazzata verso l'avvenire, e andiamo così in fretta che il presente ci sfugge, mentre la polvere sollevata dalla nostra corsa ci nasconde il passato".

Con questa opera, forse la più matura e anche la più difficile cui accostarsi, si conclude l'esperienza teatrale di Boris Viàn, poiché egli morì nel 1959. Certo non è possibile prevedere a quali altri sviluppi la sua opera sarebbe andata incontro, vista la brillante creatività che la contraddistingue, ma a noi è piaciuta lo stesso nonostante la pretesa "incompletezza" di Viàn come autore di teatro

Le più belle citazioni di Boris Vian

Comment peut-on aimer les asperges, dessin 1900,

couverture des Écrits pornographiques.

À dix-huit kilomètres de l'après-midi, c'est-à-dire neuf minutes avant que l'horloge sonne douze coups, puisqu'il faisait du cent vingt à l'heure et ceci dans une voiture automobile, Phaéton Bougre s'arrêta sur le bord de la route ombreuse, obéissant à l'appel d'un pouce braqué vers l'avant et que prolongeait un corps prometteur.

L'oie Bleue, 1949.

Son coeur frappait à grands coups dans sa poitrine et il dit : Qui est là? mais se rendit compte de son erreur [...].

L'oie Bleue, 1949.

Il se redressa presque aussitôt, et Folubert en profita pour lui faire un coup de judo classique, celui qui consiste à rabattre les oreilles sur les yeux du patient pendant qu'on lui souffle dans les trous de nez.

Surprise partie chez Léobille, 1947.

[...] La longeur de la phrase qui précède permit à la belle Gaviale de se dissimuler derrière et de passer devant la loge de la concierge sans être vue.

Les pas vernis, 1948.

Dans sa prison, Dodiléon trouvait le temps léong. [...] Clams Jorjobert entra.

- Bonjour, dit-il.

- Salut, vieux, répondit Dodiléon. C'est gentil de venir me tenir compagnie, parce que je trouve le temps léong.

Ils rirent, bien que l'astuce ait déjà été faite plus haut.

Les pas vernis, 1948.

[...] il se vêtit sans mal, car ses vêtements étaient rangés à leur place; c'est-à-dire les uns sur des chaises, d'autres sous le lit, les chaussettes dans les souliers, un des souliers dans un vase et l'autre dans le pot de chambre.

L'amour est aveugle, 1949.

J'ai couru ensuite dans le bon sens et je suis arrivé juste pour recevoir une jambe en pleine figure. J'ai essayé d'engueuler le type, mais la mine n'en avait laissé que des morceaux pas pratique à manoeuvrer, alors j'ai ignoré son geste, et j'ai continué.

Les fourmis, 1949.

La vie C'est comme une dent

La vie, c'est comme une dent

D'abord on y a pas pensé

On s'est contenté de mâcher

Et puis ça se gâte soudain

Ça vous fait mal, et on y tient

Et on la soigne et les soucis

Et pour qu'on soit vraiment guéri

Il faut vous l'arracher, la vie

L'Arrache-coeur, chapitre IX

Le jardin s'accrochait partiellement à la falaise et des essences variées croissaient sur ses parties abruptes, accessibles à la rigueur, mais laissées le plus souvent à l'état de nature. Il y avait des calaios, dont le feuillage bleu violet par-dessous, est vert tendre et nervuré de blanc à l'extérieur; des ormandes sauvages, aux tiges filiformes, bossuées de nodosités monstrueuses, qui s'épanouissaient en fleurs séches comme des meringues de sang, des touffes de rêviole lustrée gris perle, de longues grappes de garillias crémeux accrochés aux basses branches des araucarias, des sirtes, des mayanges bleues, diverses espèces de bécabunga, dont l'épais tapis vert abritait de petites grenouilles vives, des haies de cormarin, de cannais, des sensiaires, mille fleurs pétulantes ou modestes terrées dans des angles de roc, épandues en rideaux le long des murs du jardin, rampant au sol comme autant d'algues, jaillissant de partout, ou se glissant discrètes autour des barres métalliques de la grille. Plus haut,le jardin horizontal était divisé en pelouses nourries et fraîches, coupées de sentiers gravelés. Des arbres multiples crevaient le sol de leurs troncs rugueux.

Boris Vian

Donnez le si

Donnez le si

Il pousse un if

Faites le tri

Il naît un arbre

Jouez au bridge, et le pont s'ouvre

Engloutissant les canons les soldats

Au fond, au fond affectionné

De la rivière rouge

Ah oui, les Anglais sont bien dangereux.

Quand j'aurais du vent dans mon crâne

Quand j'aurai du vent dans mon crâne

Quand j'aurai du vert sur mes osses

P'tet qu'on croira que je ricane




Mais ça sera une impression fosse

Car il me manquera

Mon élément plastique

Plastique tique tique

Qu'auront bouffé les rats

Ma paire de bidules

Mes mollets mes rotules

Mes cuisses et mon cule

Sur quoi je m'asseyois

Mes cheveux mes fistules

Mes jolis yeux cérules

Mes couvre-mandibules

Dont je vous pourléchois

Mon nez considérable

Mon coeur mon foie mon râble

Tous ces riens admirables

Qui m'ont fait apprécier

Des ducs et des duchesses

Des papes des papesses

Des abbés des ânesses

Et des gens du métier

Et puis je n'aurai plus

Ce phosphore un peu mou

Cerveau qui me servit

A me prévoir sans vie

Les osses tout verts, le crâne venteux

Ah comme j'ai mal de devenir vieux.

Cannes cet été

(Henri Salvador)

(paroles de Boris Vian)

Quand vous recevrez

Ce petit billet

Ma chérie, ne le flanquez pas au panier

Ma lettre vous invite

A me suivre bien vite

A Cannes

Pendant l'été

Lorsque la Croisette

En grande toilette

Devant vous fera briller ses feux follets

Je veux que votre épaule

Soit contre mon épaule

A Cannes

Cet été

Tant d'étoil's sur terre et tant de fleurs au ciel

Tout ça avec vous

Ça me rendra fou

Nous irons danser et nous irons traîner

En passant le temps à s'aimer

Quand vous recevrez

Ce petit billet

Ma chérie, dites-moi que vous acceptez

Puisque je vous invite

A me suivre bien vite

Oh... venez

Venez à Cannes

Cet été

Alhambra rock

(Magali Noël)

(paroles de Boris Vian)

J't'ai recontré

A l'Alhambra

Michel Legrand

Jouait ce soir-là

La salle entière

Tremblait de joie

Moi je tremblais

A cause de toi

Et je criais

Comme une folle

Mon coeur battait

Le rock and roll

Baby baby baby baby

J'suis heureuse assise ici

Je t'aim' je t'aim' je t'aim' je t'aim'

C'est bien plus bath qu'un théorème

On va s'marier s'marier s'marier

Sitôt qu'ils auront l'dos tourné

J'te veux j'te veux j'te veux j'te veux

Ton nez tes mains tes reins tes yeux

Prends-moi bien vite contre toi

Comm'ça comm'ça comm'ça comm'ça!

Michel jazzait

Comm' Dieu lui-même

Les gens dansaient

Devant la scène

Tu me serrais

Dans tes bras durs

On entendait

Vibrer les murs

J'voyais qu'tes yeux

Tes grands yeux gris

J'me sentais mieux

Qu'au Paradis

Baby baby baby baby

Emmèn'moi chez toi cett' nuit

Je t'aim' je t'aim' je t'aim' je t'aim'

Malgré ta cravate à système

On va s'marier s'marier s'marier

Sans même attendre nos papiers

J'te veux j'te veux j'te veux j'te veux

Rentrons tout d'suit' c'est encore mieux

Tu me prendras tout contre toi

Comm'ça comm'ça comm'ça comm'ça comm'ça!

La java des bombes atomiques

(Boris Vian, reprise par Serge Reggiani)

Mon oncle un fameux bricoleur

Faisait en amateur

Des bombes atomiques

Sans avoir jamais rien appris

C'était un vrai génie

Question travaux pratiques

Il s'enfermait tout' la journée

Au fond d'son atelier

Pour fair' des expériences

Et le soir il rentrait chez nous

Et nous mettait en trans'

En nous racontant tout

Pour fabriquer une bombe « A »

Mes enfants croyez-moi

C'est vraiment de la tarte

La question du détonateur

S'résout en un quart d'heur'

C'est de cell's qu'on écarte

En c'qui concerne la bombe « H »

C'est pas beaucoup plus vach'

Mais un' chos' me tourmente

C'est qu'cell's de ma fabrication

N'ont qu'un rayon d'action

De trois mètres cinquante

Y'a quéqu'chos' qui cloch' là-d'dans

J'y retourne immédiat'ment

Il a bossé pendant des jours

Tâchant avec amour

D'améliorer l'modèle

Quand il déjeunait avec nous

Il avalait d'un coup

Sa soupe au vermicelle

On voyait à son air féroce

Qu'il tombait sur un os

Mais on n'osait rien dire

Et pis un soir pendant l'repas

V'là tonton qui soupir'

Et qui s'écrie comm' ça

A mesur' que je deviens vieux

Je m'en aperçois mieux

J'ai le cerveau qui flanche

Soyons sérieux disons le mot

C'est même plus un cerveau

C'est comm' de la sauce blanche

Voilà des mois et des années

Que j'essaye d'augmenter

La portée de ma bombe

Et je n'me suis pas rendu compt'

Que la seul' chos' qui compt'

C'est l'endroit où s'qu'ell' tombe

Y'a quéqu'chose qui cloch' là-d'dans,

J'y retourne immédiat'ment

 

Sachant proche le résultat

Tous les grands chefs d'Etat

Lui ont rendu visite

Il les reçut et s'excusa

De ce que sa cagna

Etait aussi petite

Mais sitôt qu'ils sont tous entrés

Il les a enfermés

En disant soyez sages

Et, quand la bombe a explosé

De tous ces personnages

Il n'en est rien resté

Tonton devant ce résultat

Ne se dégonfla pas

Et joua les andouilles

Au Tribunal on l'a traîné

Et devant les jurés

Le voilà qui bafouille

Messieurs c'est un hasard affreux

Mais je jur' devant Dieu

En mon âme et conscience

Qu'en détruisant tous ces tordus

Je suis bien convaincu

D'avoir servi la France

On était dans l'embarras

Alors on l'condamna

Et puis on l'amnistia

Et l'pays reconnaissant

L'élu immédiat'ment

Chef du gouvernement

Merci à Henri Oppenheim et à Thierry Le Berre pour ce texte.

C'est le be-bop

(Henri Salvador)

(paroles de Boris Vian)

Savez-vous ce qu'il faudra écouter

Sans arrêter

Toute l'année

C'est le be-bop

Il faudra laisser tomber les chanteurs

Pleins de douceur

Et de candeur

Pour le be-bop

Je vous dis que ce sera bien porté

De fredonner

De chantonner

Comme un be-bop

Cherchez tout d'suite avec ardeur

Un professeur

Un peu à la hauteur

Pour le be-bop

Je vais vous aider

Pour les premières leçons

Je vais vous guider

Avec la plus grande attention

Toutes les branches de l'activité

Seront visées

C'est sûr et c'est réglé

Par le be-bop

On doit s'habiller et se promener

Manger danser

Et même s'aimer

A la be-bop

D'abord il vous faut un béret grenat

Des souliers plats

Et des cols bas

Pour être be-bop

Et puis vous laisser pousser la barbiche

Mais on s'en fiche

Qu'elle soit postiche

On est be-bop

Vous devrez porter des bretelles de soie

Couleur lilas

Ou chocolat

Ça fait be-bop

Et pour vous mesdames, c'est plus riche

Un petit caniche

Royal avec sa niche

C'est très be-bop

Nous irons danser

A Saint Germain des Prés

Où les amoureux

Font tous du be-bop deux par deux

On s'embrasse tous du soir au matin

Comme du bon pain

A pleines mains

Chez les be-bops

Vraiment pour être toujours plein

D'entrain

Venez n'attendez pas demain

Soyez be-bop

Les lésions dangereuses

(Boris Vian, reprise par Magali Noël)

Tu l'as donc rencontré

Dans un pauvre bistrot

Où tu vas le matin très tôt

Prendre un petit café

Il venait tous les jours

Et toi tu as fini

Le voyant si triste toujours

Par le trouver gentil

Et hier soir dans ta maison

Tu étais gaie comme un pinson

Ses yeux

Qui te plaisaient tant

T'avaient caressé

D'un regard si tendre

Sa bouche

Qui te plaisait tant

T'avait dit des mots

Pleins de sentiments

Son coeur

Qui te plaisait tant

Battait doucement

Au rythme des rêves

Ses mains

Qui te plaisaient tant

Etreignaient tes mains

D'un geste enivrant

Il avait des beaux yeux

Il avait des mains fines

Une bouche bien dessinée

Il était seul et digne

Tu pensais à son coeur

Tu voulais l'éveiller

Imaginant sa pauvre vie

Tu voulais l'égayer

Mais hier soir dans sa maison

Il était gai comme un pinson

Ses yeux

Qui te plaisaient tant

Regardaient le sang

Couler sur la table

Son coeur

Qui te plaisait tant

Sonnait à coups sourds

Le glas des amants

Sa bouche

Qui te plaisait tant

Murmurait des mots

Qui te rendaient folle

Ses mains

Qui te plaisaient tant

Poussaient un couteau

Dans un ventre blanc

Il préparait des merlans

L'ECUME DES JOURS 

 

Première édition "Gallimard" 1947 Edition "10/18" 1971, ©JJ Pauvert 1963

"L'Ecume des jours" est le plus poignant des romans d'amour contemporains (a dit Raymond Queneau). Ecrit par Boris Vian de Mars à Mai 46 , il fut publié pour la première fois en 1947, aux Editions Gallimard.

Avant propos de Boris Vian :

"Dans la vie, l'essentiel est de porter sur tout des jugements à priori. Il apparaît, en effet, que les masses ont tort, et les individus toujours raison. Il faut se garder d'en déduire des règles de conduite : elles ne doivent pas avoir besoin d'être formulées pour qu'on les suive.(...) L'histoire est entièrement vraie puisque je l'ai inventée d'un bout à l'autre. Sa réalisation matérielle proprement dite consiste essentiellement en une projection de le réalité, en atmosphère biaise et chauffée, sur un plan de référence irrégulièrement ondulé et présentant de la distorsion. On le voit, c'est un procédé avouable s'il en fut."

Ce roman est aussi une véritable fête du langage. Dans ce livre ambigu, narquois et angoissant, par le jeu même de la plus insidieuse fantaisie, se découvre d'une douloureuse gravité.

Les Personnages : Colin et Chloé (dont un nénuphar ronge progressivement les poumons). Chick et Alise, le professseur Mangemanche, mais aussi "jean sol Partre" et "Simone de Bovouard".

L'amenuisement de la maison de Colin peut symboliser le rétrécissement d'un univers mental obsédé par le maladie d'un être aimé ("quand on voit la vie en noir, elle s'assombrit réellement").

Quelques extraits de style :

Colin terminait sa toilette. Il s'était enveloppé, au sortir du bain, d'une ample serviette de tissu bouclé dont seuls les jambes et le torse dépassaient. Il prit à l'étagère de verre, le vaporisateur et pulvérisa l'huile fluide et odorante sur ses cheveux clairs. Son peigne d'ambre divisa la masse soyeuse en longs filets orange pareils aux sillons que le gai laboureur trace à l'aide d'une fourchette dans de la confiture d'abricots. Colin reposa le peigne et, s'armant d'un coupe-ongles, tailla en biseau les coins de ses paupières mates , pour donner du mystère à son regard. Il devait recommencer souvent, car elles repoussaient vite.(...)

Il vida son bain en perçant un trou au fond de la baignoire. Le sol de la salle de bains, dallé de grès cérame jaune clair, était en pente et orientait l'eau vers un orifice situé au dessu du bureau du locataire de l'étage inférieur. Depuis, sans prévenir Colin, celui-ci avait changé son bureau de place. Maintenant, l'eau tombait sur son garde-manger.

Le couloir de la cuisine était clair, vitré des deux côtés, et un soleil brillait de chaque côté, car Colin aimait la lumière. Il y avait des robinets de laiton soigneusement astiqués, un peu partout. Les jeux des soleils sur les robinets produisaient des effets féeriques. Les souris de la cuisine aimaient danser au son des chocs des rayons de soleil sur les robinets, et couraient après les petites boules que formaient les rayons en achevant de se pulvériser sur le sol comme des jets de mercure jaune.

VERCOQUIN ET LE PLANCTON 

 

Première édition "Gallimard" 1947 Edition "Folio" 1973

Second roman écrit par Boris Vian en 43/44 (pendant son séjour à l'AFNOR), "Vercoquin et le Plancton" fut publié pour la première fois en 1946.

Ce roman s'inspire des nombreuses surprises-parties de cette époque, auxquelles s'adonnaient Boris et ses amis (dont le toujours fidèle Major). L'histoire se situe entre deux surprises-parties. Dans la première, Le Major tombe amoureux de Zizanie. Dans la seconde, il se fiance avec Zizanie. Entre les deux, Le Major déploie toute une statrégie pour obtenir de l'oncle de Zizanie la main de celle-ci. L'oncle étant dirigeant d'une formidable entreprise qui fabrique des dossiers d'information sur tout ce qui existe (clin d'oeil à l'AFNOR). La dernière fête est tellement réussie que la maison saute avec tous les habitants!

Dans Vercoquin et le plancton, on retrouve Antioche Tambrétambre (Boris Vian lui-même) et le Major (son ami).

On découvre également Claude Abadie et son orchestre, dans lequel Boris a joué comme on le verra au chapitre musique.

Début du Roman : SWING CHEZ LE MAJOR

Comme il voulait faire les choses correctement, la Major décida que ses aventures commenceraient cette fois à la minute précise où il rencontrerait Zizanie.

Il faisait un temps splendide. Le jardin se hérissait de fleurs fraîchement écloses, dont les coquilles formaient, sur les allées , un tapis craquent aux pieds. Un gigantesque gratte-menu des tropiques couvrait de son ombre épaisse l'angle formé par la rencontre des murs sud et nord du parc somptueux qui entourait la demeure - l'une des multiples demeures - du Major. C'est dans cette atmosphère intime, au chant du coucou séculier, que, le matin même, Antioche Tambretambre, le bras droit du Major, avait installé le banc de bois d'arbouse de vache peint en vert que l'on utilisait en ces sortes d'occasions. De quelle occasion s'agissait-il? Voilà le temps de le dire : on était au mois de Février, en plaine canicule, et la Major allait avoir vint et un ans. Alors, il donnait une surprise-party dans sa maison de Ville-d'Avrille.

Dans ce passage, on retrouve l'humour verbal de Boris Vian par un emploi ludique du langage.

Une autre forme du comique de Boris consite à accumuler avec entrain, à répéter, ou à distiller avec saveur des mots déjà existants, soit à un inventer des mots nouveaux.

L'exemple ci-dessous rappelle les litanies de jeux rabelaisiennes de Gargantua :

"Des couples dégoutants de sueur parcouraient des kilomètres au pas de course, se prenant, se lâchant, se projetant, se rattrapant, se pivotant, se dépivotant, jouant à la sauterelle, au canard, à la girafe, à la punaise, à la gerboise, au rat d'égout, au touche-moi-là, au tiens-bien-çà, au pousse-ton-pied, au lève-ton-train, au grouille-tes-jambes, au viens-plus-près, au va-plus-loin, lâchant des jurons anglais, américains, nègres, hottentots, hot-ce-matin, bulgares, patagons, terrafuégiens, et kohêtera"

Barcelone

Barcelone

Des pavés, du soleil, des visages

Un été plein d'images

Et de fleurs

Barcelone

Dans le port un bateau qui s'amarre

Le bourdon des guitares

Et mon coeur

J'ai revu

Cette rue sous le ciel de septembre

J'ai revu

La fenêtre grillée de sa chambre

Jours trop courts

Le vent chaud caressait nos visages

Et l'amour

Nous jetait des étoiles au passage

Barcelone

Souvenir de nos nuits haletantes

D'un été qui me hante

Barcelone

Ce matin

Je reviens dans la rue douce et triste

Le chemin

M'a mené jusqu'au banc de jadis

Et soudain

Te voilà c'est bien toi rien n'existe

Dès demain

Tous les deux nous irons vers la vie

Barcelone

Sur le port, dans le vent qui se lève

Je vois vivre mon rêve

Barcelone

L'HERBE ROUGE 

 

Première édition "Editions Toutain" 1950 Livre de Poche 1972, ©J.J.Pauvert 1962

"L'Herbe rouge" fut écrit par Boris Vian en 1948-49 , il fut publié pour la première fois en 1950.

Thème du roman :

Serait-on heureux si l'on obtenait sur-le-champ ce qu'on désire le plus au monde? La plupart des gens pensent que oui, le sénateur Dupont aussi. Wolf, quant à lui, prétend que non. Pour le prouver, il va chercher l'objet des voeux du sénateur : un ouapiti. Le sénateur Dupont tombe alors dans un état de béatitude qui ressemble fort à de l'hébétude. Bien que le sénateur Dupont ne soit qu'un chien, ce spectacle déprimant accroît encore la mélancolie de Wolf.

La vie doit être autre chose qu'une oscillation de pendule entre cafard et sotte félicité. Pour en avoir le coeur net, Wolf utilise la machine qu'il a inventée avec son ami mécanicien Saphir Lazuli. D'une plongée à l'autre, qu'apprendra-t-il... et où plonge-t-il? (machine à remonter le temps???). C'est le secret de l'herbe rouge qui est aussi celui de Boris Vian. Sous le travesti de l'humour noir, il met en scène ses propres inquiétudes avec la frénésie d'invention burlesque qu'on lui connait.

L'ami de Wolf, Lazuli, fait penser à l'histoire de l'homme qui a peur de son ombre. Chaque fois qu'il se trouve en compagnie de celle qu'il aime (Folavril), il se sent angoissé car il voit un homme qui les observe.

"Il y avait un homme, vêtu de sombre, l'air triste et qui le regardait"

Quelques extraits de style :

"Tu es belle comme une lanterne japonaise allumée"

"La machine avait l'air filiforme d'une toile d'araignée vue de loin"

A la pêche des coeurs

 

A la pêche des coeurs, je ne veux plus aller

Je ne veux plus, ma mère

Y en a trop de douleur quand l'amour s'envoler

Et laisser pauvre gars qui pleure

Ma cocotte elle est partie

Avec un vilain bonhomme

Je suis seul toute la nuit

Pas possible de faire un somme

A la pêche des coeurs, je ne veux plus aller

Je ne veux plus, ma mère

Y en a fini de bonheur quand l'amour s'envoler

Et laisser larmes amères

Au bistro d'oncle Fernand

C'est l'calypso qui commence

Je vais passer un instant



Mais je resterai sur mon banc

A la pêche des coeurs, je voulais plus aller

Seigneur la belle fille

Elle a les lèvres roug' et des grands yeux qui brillent

Je crois pas que je la connais

Voulez-vous danser, mam'zelle

Pour consoler un pauvre homme

Mais monsieur je suis pucelle

Mamoiselle, soyez bonne

A la pêche des coeurs, je voulais plus aller

Mais vous êtes très jolie

Et si je vous le dis ce n'est pas un péché

C'est la vérité, ma mie

Suivez-moi sous les palmiers

Mon Dieu quelle jolie robe

Il vaudrait mieux l'enlever

Pour ne pas risquer d'la gâter

A la pêche des coeurs, je ne veux plus aller

Mais dites-moi, friponne

Où vous avez trouvé ces beaux petits tétés

Et ce corps qui s'abandonne

Donnez un baiser, ma mie

Pour faire plaisir au pauvre homme

Restons là toute la nuit

Ma douleur elle est partie

A la pêche des coeurs, je ne veux plus aller

Car j'ai fait bien belle prise

Elle vient d'enlever sa petite chemise

Et je vais me régaler...

         Et je vais me régaler...

         Et je vais me régaler...

Le déserteur

Monsieur le Président

Je vous fais une lettre

Que vous lirez peut-être

Si vous avez le temps

Je viens de recevoir

Mes papiers militaires

Pour partir à la guerre

Avant mercredi soir

Monsieur le Président

Je ne veux pas la faire

Je ne suis pas sur terre

Pour tuer des pauvres gens

C'est pas pour vous fâcher

Il faut que je vous dise

Ma décision est prise

Je m'en vais déserter

Depuis que je suis né

J'ai vu mourir mon père

J'ai vu partir mes frères

Et pleurer mes enfants

Ma mère a tant souffert

Elle est dedans sa tombe

Et se moque des bombes

Et se moque des vers

Quand j'étais prisonnier

On m'a volé ma femme

On m'a volé mon âme

Et tout mon cher passé

Demain de bon matin

Je fermerai ma porte

Au nez des années mortes

J'irai sur les chemins

Je mendierai ma vie

Sur les routes de France

De Bretagne en Provence

Et je dirai aux gens:

Refusez d'obéir

Refusez de la faire

N'allez pas à la guerre

Refusez de partir

S'il faut donner son sang

Allez donner le vôtre

Vous êtes bon apôtre

Monsieur le Président

Si vous me poursuivez

Prévenez vos gendarmes

Que je n'aurai pas d'armes

Et qu'ils pourront tirer

Le politique

(Mouloudji)

(paroles de Boris Vian)

Ils ont sonné à ma porte

Je suis sorti de mon lit

Ils sont entrés dans ma chambre

Ils m'ont dit de m'habiller

Le soleil par la fenêtre

Ruisselait sur le plancher

Ils m'ont dit mets tes chaussures

On chantait sur le palier

J'ai descendu l'escalier

Entre leurs deux uniformes

Adossé à une borne

Un clochard se réveillait

Ils me donneront la fièvre

La lumière dans les yeux

Ils me casseront les jambes

A coups de souliers ferrés

Mais je ne dirai rien

Car je n'ai rien à dire

Je crois à ce que j'aime

Et vous le savez bien

Ils m'ont emmené là-bas

Dans la grande salle rouge

Ils m'ont parqué dans un coin

Comme un meuble... comme un chien

Ils m'ont demandé mon âge

J'ai répondu vingt-sept ans

Ils ont écrit des mensonges

Sur des régistres pesants

Ils voulaient que je répète

Tout ce que j'avais chanté

Il y avait une mouche

Sur la manche du greffier

Qui vous a donné le droit

De juger votre prochain

Votre robe de drap noir

Ou vos fugures de deuil

Je ne vous dirai rien

Car je n'ai rien à dire

Je crois à ce que j'aime

Et vous le savez bien

Ils m'ont remis dans la cage

Ils reviennent tous les jours

Ils veulent que je leur parle

Je me moque des discours

Je me moque de menaces

Je me moque de vos coups

Le soleil vient à sept heures

M'éveiller dans mon cachot

Un jour avant le soleil

Quelqu'un viendra me chercher

On coupera ma chemise

On me liera les poignets

Si vous voulez que je vive

Mettez-moi en liberté

Si vous voulez que je meure

A quoi bon me torturer

Car je ne dirai rien

Je n'ai rien à vous dire 

Je crois à ce que j'aime

Et vous le savez bien

Mozart avec nous

(Boris Vian)

(paroles de Boris Vian et Géo Dorlis)

Au temps des dorur' et des falbalas

Les marquis frivol' et les marquis' au frais minois

Pour un menuet timide

Esquissaient trois petits pas

Grâces envolées, vieux airs du passé

Clavecin fragile aux résonances d'autrefois

Un gosse à perruque blanche

A fait danser tous ces gens-là

Cha cha cha, cha cha cha, non tu n'existais pas encore

Cha cha cha, cha cha cha, le Brésil n'en était pas là

Douce mélodie qui fit cent fois le tour du monde

Et que Mozart a négligé d'agrémenter de quelques cha cha cha

Sur ton rythme gai dansez les brunes et les blond'

En oubliant le temps bien proche où pianotaient vos petits doigts

Cha cha cha, cha cha cha, c'est votre vieille Marche Turque

Cha cha cha, cha cha cha, venez marquise, écouter ça!

Tout près d'Istambul, sous les pergolas

Tous les jeunes Turcs s'en vont danser le cha cha cha

Et la fraîche odeur des roses

Vient parfumer leurs ébats

Sous le ciel troublant des nuits de gala

Quand un beau danseur serre un fille entre ses bras

Dans les yeux de sa compagne

Il sait ce qu'il trouvera

Cha cha cha, cha cha cha, ce gai refrain qui nous enivre

Cha cha cha, cha cha cha, et qui jamais ne finira

Que ce soit Rio, Paris, New York, les Dardanelles

On ne peut résister longtemps quand on entend venir le cha cha cha

Rythme tropical aux senteurs d'ambre et de cannelle

Emporte-nous bien loin de tout dans l'allégresse et dans la joie

Cha cha cha, cha cha cha, nuits étoilées sur le Bosphore

Cha cha cha, cha cha cha, drôl' de truc turc que ce truc-là

Cha cha cha, cha cha cha, ah non vraiment, on n'est pas forts

Cha cha cha, cha cha cha, Mozart ne méritait pas ça

         Mais faut bien vi-i-ivre

Sermonette

(Serge Reggiani)

(paroles de Boris Vian)

Si je croyais en Dieu

Je serais heureux

De rêver au jour où je verrais le ciel

Un ange en robe blanche

Par un clair dimanche

Descendant vers moi dans un chariot doré

Dans un bruit d'ailes et de soie

Loin de toute la terre

Très haut, je verrais se lever devant moi

L'aube d'un jour sans fin

La brûlante lumière

Le bonheur éternel

Si je croyais en Dieu

Mais j'ai vu trop de haine

Tant et tant de peine

Et je sais, mon frère, qu'il te faudra marcher seul

En essayant toujours

De sauver l'amour

Qui te lie aux hommes de la Terre oubliée

Car tout au bout du chemin

Une faux à la main

La mort, en riant, nous attend pas pressée

Aussi mon ange à moi

Je le cherche en ce monde

Pour gagner enfin ma part de joie

Dans ses bras

Je bois

Je bois

Systématiquement

Pour oublier les amis de ma femme

Je bois

Systématiquement

Pour oublier tous mes emmerdements

Je bois

N'importe quel jaja

Pourvu qu'il fasse ses douze degrés cinque

Je bois

La pire des vinasses

C'est dégueulasse, mais ça fait passer l'temps

La vie est-elle tell'ment marrante

La vie est-elle tell'ment vivante

Je pose ces deux questions

La vie vaut-elle d'être vécue

L'amour vaut-il qu'on soit cocu

Je pose ces deux questions

Auxquelles personne ne répond... et

Je bois

Systématiquement

Pour oublier le prochain jour du terme

Je bois

Systématiquement

Pour oublier que je n'ai plus vingt ans

Je bois

Dès que j'ai des loisirs

Pour être saoul, pour ne plus voir ma gueule

Je bois

Sans y prendre plaisir

Pour pas me dire qu'il faudrait en finir...

Calypso blues

 

Du soir au matin

Sous le soleil qui tue

Dans un port lointain

Je travaille et je sue

Tout près des gros cargos

Qui s'en vont là-bas sur l'eau

J'ai trop de boulot

Toute la journée je m'esquin-in-inte

Pour te payer des chapeaux neufs

Qui me donnent plutôt envie d'êt' veuf

Mais qui produis'nt un effet boeuf

Sur les ballots

J'ai trop de boulot

Je veux pas t'accabler de mes plain-ain-aintes

Mais si ça continue comm' ça

Je pourrai pas faire de vieux os

Et t'iras planter des dahlias

Sur mon caveau

Du matin au soir

Devant l'alcool qui tue

Chez Jojo le noir

Avec toi ma sangsue

Je danse des calypsos

En te caressant le dos

J'ai trop de boulot

Toute la nuit méchante fe-e-emme

Tu m'accables de tes baisers

De tes caresses forcenées

De ta tendresse à cent degrés

Laiss'-moi faire dodo

J'ai trop de boulot

Et tes propositions infâ-â-âmes

Me rendent tout à fait idiot

Fini meurtri, vidé, dingo

Arrête, sans ça t'auras ma peau

J'ai trop de boulot

Et mon travail attend

Car j'en ai tellement

Qu'j'ai pas l'temps de l'finir à temps

J'ai trop de boulot!

Chantez

(Boris Vian, reprise par Béatrice Moulin)

L'autobus vous passe sous le nez

Un' grosse dame vous marche sur les pieds

Votr' petite amie s'envole

Avec ce salaud de Paul

En laissant des cheveux plein l'évier

Au bistro, le café n'est pas bon

Au bureau, ça ne tourne par rond

Et votre meilleur copain

Au lieu d'avoir du chagrin

Il se marre et vous traite de... tsoin... tsoin... tsoin...

Ah, comme la vie serait triste

Triste, triste, triste

Ah, comme la vie serait triste

Si l'on ne pouvait pas chanter

Chantez des javas canailles

Que de gros durailles

Dans'nt à Robinson

Dansez des javas célestes

En tombant la veste

A Mimi Pinson

Les journaux sont pleins de cauchemars

On se tue du matin jusqu'au soir

La police est sur les dents

Celles des autres évidemment

L'honnêt'té se vend au marché noir

On annonce la hausse des rognons

On dénonce la peau sur les oignons

Soyons fermes mes amis

Je ferai baisser les prix

Mais d'abord, donnez votre pognon...

Ah, comme la vie serait triste

Triste, triste, triste

Ah, comme la vie serait triste

Si l'on ne pouvait pas chanter

Chantez sur la mer calme

Sur le Père Lachaise

Et la fille Angot

Magali, viens sous la ramée

Tradition française

Chanson à gogo

On vous dit: la guerre est terminée

Célébrons le règne de la Paix

Embrassons nos agresseurs

C'est des frères et c'est des soeurs

C'est fini! On s'battra plus jamais

Le lend'main, sur le coup de midi

L'oeil féroce, de gros barbus s'écrient

Mourir quand on a vingt ans

C'est un destin épatant

Tous aux armes, et sus à l'ennemi

Ah, comme la vie serait triste

Triste, triste, triste

Ah, comme la vie serait triste

Si l'on ne pouvait pas chanter

Chantez les joyeux compères

Qui déclarent la guerre

Et qui n'y vont pas

Chantez la prochaine dernière

Et les réverbères

Où on les pendra...

Blouse du dentiste

(Henri Salvador)

(paroles de Boris Vian)

Ce matin-là

En me levant

J'avais bien mal aux dents

Oh, là là là

J'sors de chez moi

Et j'fonce en pleurant

Chez un nommé Durand

Mm... Mm...

Qu'est dentiste de son état

Et qui pourra m'arranger ça

La salle d'attente

Est bourrée d'gens

Et pendant que j'attends

Oh, là là là

Sur un brancard

Passe un mec tout blanc

Porté par deux mastards

Mm... Mm...

Je m'lève déjà pour fout' le camp

Mais l'infirmier crie: au suivant

Je suis debout devant le dentiste

Je lui fais un sourire de crétin

Il m'pousse dans l'fauteuil et me crie en piste

Il a des tenailles à la main

Oh oh oh oh, maman

J'ai les guibolles en fromage blanc

Avant même que j'aie pu faire ouf

Il m'fais déjà sauter trois dents

En moins d'une plombe

Mes pauvres molaires

Sont r'tournées dans leur tombe

Oh, là là là

Voilà qu'il m'plombe

Mes deux plus bell' dents

Cell' que j'ai par devant

Mm... Mm...

Il m'grill' la gueule au chalumeau

Et il me file un grand verre d'eau

Il me dit faut régler votre dette

Je venais d'être payé la veille

Ce salaud me fauche toute mon oseille

Et me refile cinquante balles net

Oh oh la la, maman

Et il ajoutte en rigolant

J'suis pas dentiste, j'suis plombier

Entre voisins, faut s'entr'aider

Oh, oh

Et moi, je gueule, ce soir

L'blouse du dentiste, dans le noir...

Ah ! Si j'avais un franc cinquante

Ah ! Si j'avais un franc cinquante

J'aurais bientôt deux francs cinquante

Ah ! Si j'avais deux francs cinquante

J'aurais bientôt trois francs cinquante

Ah ! Si j'avais trois francs cinquante

J'aurais bientôt quatre francs cinquante

Ah ! Si j'avais quatre francs cinquante

Ça m'ferait bientôt cent sous!

On n'est pas là pour se faire engueuler

Un beau matin de juillet, le réveil

A sonne dès le lever du soleil

Et j'ai dit à ma poupée: faut te s'couer

C'est aujourd'hui qu'il passe

On arrive sur le boulevard sans retard

Pour voir défiler le roi d'Zanzibar

Mais sur-le-champ on est r'foulés par les agents

         Alors j'ai dit

On n'est pas là pour se faire engueuler

On est là pour voir le défilé

On n'est pas là pour se faire piétiner

On est là pour voir le défilé

Si tout le monde était resté chez soi

Ça f'rait du tort à la République

Laissez-nous donc qu'on le regarde

Sinon plus tard quand la reine reviendra

Ma parole, nous on r'viendra pas

L'jour de la fête à Julot, mon poteau

Je l'ai invité dans un p'tit bistro

Où l'on sert un beaujolais vrai de vrai

Un nectar de première

On est sorti très à l'aise et voilà

Que j'ai eu l'idée de l'ram'ner chez moi

Mais j'ai compris devant l'rouleau à pâtisserie

         Alors j'ai dit

On n'est pas là pour se faire engueuler

On est venu pour faire une tite belote

On n'est pas là pour se faire assommer

On est là pour la fête à mon pote

Si tout le monde restait toujours tout seul

Ça serait d'une tristesse pas croyable

Ouvre ta porte et sors des verres

Ne t'obstine pas ou sans ça l'prochain coup

Ma parole, j'rentre plus du tout

Ma femme a cogné si dur cett' fois-là

Qu'on a trépassé l'soir même et voilà

Qu'on se r'trouve au paradis vers minuit

Devant Monsieur Saint Pierre

Il y avait quelques élus qui rentraient

Mais sitôt que l'on s'approche du guichet

On est r'foulés et Saint Pierre se met à râler

         Alors j'ai dit

On n'est pas là pour se faire engueuler

On est v'nus essayer l'auréole

On n'est pas là pour se faire renvoyer

On est morts, il est temps qu'on rigole

Si vous jetez les ivrognes à la porte

Il doit pas vous rester beaucoup d'monde

Portez-vous bien, mais nous on s'barre

Et puis on est descendus chez Satan

Et là-bas c'etait épatant!...

C'qui prouve qu'en protestant quand il est encore temps

On peut finir par obtenir des ménagements!...







Privacy

Articolo informazione


Hits: 3390
Apprezzato: scheda appunto

Commentare questo articolo:

Non sei registrato
Devi essere registrato per commentare

ISCRIVITI

E 'stato utile?



Copiare il codice

nella pagina web del tuo sito.


Copyright InfTub.com 2019